Ce site est totalement libre et indépendant. Il s'agit d'un album-souvenir qui regroupe un peu plus de 200 articles, des photos (près de 1800), vidéos, liens divers, commentaires de matchs et d’entraînements, et reportages sur les épopées successives du Servette FC depuis 2010.

samedi 27 juillet 2019

Ambiance électrique (27 Juillet 2019)

Retour de la Super League à la Praille. 2e journée du championnat.

Enfin ! Enfin la Super League est de retour pour le Servette FC qui nous a quand même fait attendre plus de 6 ans. Et c'est le FC Sion, le plus grand rival des Servettiens, qui se présente pour cette ouverture d'un nouveau cycle. Les hommes d'Alain Geiger sont allés chercher un superbe nul à Berne, chez le champion YB pour la 1ère journée. Il faut maintenant confirmer face à un FC Sion qui a encore tout changé, et qui a un effectif mirobolant.

Enfin le Servette retrouve sa place en Super League

L'ambiance sera électrique dans le ciel, comme dans les tribunes et sur la pelouse, en ce samedi soir de fin Juillet sur Genève. Il faut dire que la canicule des jours précédents a enfin laissé place à un peu de répit au gré des orages virulents de ces dernières heures. Celui de ce jour ne cessera plus de menacer, avant d'éclater à l'issue de la rencontre quand les supporters trouvaient le chemin du retour.

Servette FC - FC Sion : 0-0 (0-0)
Super League - 27/07/2019 - 11142 spectateurs

C'est avec une composition hybride autour du groupe qui a obtenu l'accessit et des nouveaux joueurs qui ont rejoint le club, qu'Alain Geiger affronte un FC Sion, qui se cherche encore après une lourde défaite face à Bâle à Tourbillon. Frick est devancé de Sauthier (cap), Gonçalves, Sasso et Rouiller, puis Ondoua, puis Cognat et Wüthrich, flanqués de Tasar et Stevanovic, et Koné en appui. Soit quatre nouveaux joueurs avec Vincent Sasso, le français venu de Belenenses, Michael Gonçalves, le suisse d'origine portuguaise transfuge de Wil, Gaël Ondoua, le Camerounais venu d'Anzhi Makkashkala, et enfin Varol Tasar, l'allemand prêté à Aarau l'an dernier.

L'ouverture à 19h, dans une ambiance festive

Le match commence dans l'ambiance effectivement électrique des grands derbies où les supporters se cherchent, quand les chants sont profonds et durs, quand la tension est dans tous les gestes. La confrontation est rugueuse, mais le SFC tente de poser le pied sur le ballon quand les Valaisans cherchent plutôt la différence physique. Et il faut dire que la garde noire des Sédunois est impressionnante de taille et de poids, parmi lesquels l'impressionnant Christian Zock ou encore l'ex-grenat Xavier Kouassi.

Aux Armes, 19e minute, 0-0.

Sion tente quelques incursions mais la défense veille, notamment par Rouiller et Sauthier et leurs racines valaisanes. Ils seront intraitables tout le match. Les occasions vont s’enchaîner ensuite de l'autre côté, pour Servette, avant la demi-heure de jeu. Sans être suffisamment tranchants, les attaquants servettiens auront bien du mal face à la solide tactique sédunoise. En fin de première période, c'est même Sion qui prit l'avantage au milieu de terrain, endormant quelque peu la rencontre que la Section Grenat maintint à flot grâce à l'ambiance en Tribune Nord.

Parmi les nouveaux joueurs, Ondoua fait un match faiblard, sans rythme, en perte quasi-systématique de duels, il est la cause et le symptôme de cette perte de jouerie au milieu, sur laquelle les Grenat voulaient s'appuyer. Il ne sera changé qu'avant l'heure de jeu, alors que sa prestation méritait clairement un remplacement à la mi-temps. Sasso tient à peu près la route, mais c'est plutôt Rouiller et Gonçalves qui veillent au grain. Quant à Tasar, il court vite et beaucoup, mais l'énergie dépensée ne l'est pas à bon escient.

Ambiance de fin de match, jusqu'au coup de sifflet

Et cette stérilité offensive malgré l'engagement indéniable conduira à ce 0-0 final, et ce malgré une tête de Rouiller sur le poteau (67e) ou encore un tir de Schalk sur l'autre poteau (75e). Toutefois on n'oubliera pas les sorties réussies de Frick qui empêcha plusieurs fois Sion de venir chercher 3 points, au grand dam des supporters Grenat. C'est donc un match nul disputé, dans une atmosphère de feu qui séparera les milliers de spectateurs de ce vrai derby romand, même si Servette n'était pas loin de "passer l'épaule", comme on dit par ici.

Quelques autres photos de ce rendez-vous :

Une heure vingt avant le match

Le SFC News fait peau neuve avec la Super League

A l'abord de la Boutique des Grenat, vers 17h45

Echauffement servettien

La Tribune Sud restera vide pour le seul Fatton.

Le Salève est là aussi, pendant une éclaircie

Les grands drapeaux dont de sortie, évidemment

Ouverture pour la Tribune Nord (1)

Ouverture pour la Tribune Nord (2)

Ouverture pour la Tribune Nord (3)

Ouverture pour la Tribune Nord (4)

Ouverture pour la Tribune Nord (5)

Ouverture pour la Tribune Nord (6)

Juste avant le coup d'envoi

Juste avant le coup d'envoi

Juste avant le coup d'envoi

Sion à l'offensive

Servette à l'offensive

Banderole sédunoise

Encore une banderole sédunoise, on s'échange des amabilités...

La Tribune Principale, avant la mi-temps

On s'excite chez les Visiteurs

Le feu sédunois vu de la Tribune Nord


Offensive servettienne de 2e période (1)

Offensive servettienne de 2e période (2)

Encore une offensive servettienne

Coup-franc servettien en 2e période

Feu Grenat, en 2e période

Ambiance des Grands Soirs, à la Praille

La Tribune Est, en deuxième période

Fin de match, 0-0.

Ciao
M