Ce site est totalement libre et indépendant. Il s'agit d'un album-souvenir qui regroupe un peu plus de 140 articles, des photos (près de 1700), vidéos, liens divers, commentaires de matchs et d’entraînements, et reportages sur les épopées successives du Servette FC depuis 2010.

samedi 11 mai 2019

Champions ! (10 Mai 2019)

33e journée de Challenge League. Servette peut être couronné à l'occasion d'un derby lémanique légendaire...



Le Servette Football Club (SFC) accueille le Lausanne-Sports des milliardaires d'Ineos en ce vendredi soir de début de mois de mai pour un enjeu absolument primordial : la promotion en Super League. Les années ont passé et les attentes sont immenses, à l'image de ces files de gen(evoi)s qui ont retrouvé le chemin du stade, qui arborent soudainement leur couleur grenat et qui communient même dans les chants qui bercent l'attente devant la bientôt mythique Tribune Nord - avant ce derby qui s’avérera effectivement... légendaire.

Le titre au bout de ce match de légende, vue du site officiel

Le SFC (67 points) a confirmé sa première place au classement après l'échec contre Aarau, et Lausanne (56 points) a suivi le rythme imposé par le leader. Depuis leur défaite épique sous la neige de la Pontaise, les blancs et bleus se sont d'abord ressaisis pour ensuite échouer à leur tour devant le FC Aarau (54 points). Conséquence directe, la forme extraordinaire des Argoviens les positionne en menace directe de Vaudois, qui eux balancent entre la solidité et le doute. Seul le second au classement jouera le match de barrage : Quel enjeu aussi pour les visiteurs ce soir, qui peuvent jouer la promotion mais tout perdre aussi !

L'extraordinaire tifo de la SG vu depuis les Loges


Servette FC - Lausanne-Sports : 3-1 (1-1)
Challenge League - 11/05/2019 - 20055 spectateurs


Alain Geiger aligne encore une fois une équipe classique avec : Frick - Sauthier (cap), Iapichino, Rouiller, Routis - Maccoppi - Cognat, Stevanovic, Wüthrich - Alphonse, Koné.
Lausanne se présente avec son entraineur Contini et : Castella - Flo, Brandao, Loosli, Nganga - Kukuruzovic - Pasche (cap), Oliveira, Puertas, Dominguez - Margiotta.

19h57, présentation des joueurs

19h30, une demi-heure avant le match. On s'entasse dans les travées garnies et populaires à gauche de la Principale. Le peuple grenat est venu, ça faisait si longtemps. Non seulement la tribune Est a été ouverte et est copieusement remplie, mais même la Tribune Sud, dite en travaux, dégorge maintenant de centaines de personnes. Il ne manque presque plus que des visiteurs vindicatifs pour lancer les hostilités. Au final, il ne seront même pas 200 dans le secteur visiteurs. Les chants servettiens fusent sous la houlette des capi de la Section Grenat, toujours fidèle, et renforcée de centaines d'amateurs qui entonnent de bon cœur les couplets traditionnels. Ça va chauffer ce soir.

L'ébullition d'avant match en Tribune Nord

Les Grenat se lancent à l'attaque et prennent les Blancs à la gorge. Dès la 4e minute, Micha Stevanovic prolonge la tête de Rouiller et ouvre le score pour les Genevois. 1-0, c'est déjà de la folie.
Servette pousse et marquera même un deuxième goal par Koné, refusé pour hors-jeu discutable par l'arbitre. C'est 1-0 et le SFC est au rendez-vous. Les visiteurs sont bien frileux, et pourtant il ne neige pas, la température est idéale. Et pourtant, Lausanne va égaliser presque par hasard sur une erreur de Frick mal sorti sur corner. 1-1 à la 15e, c'est assez frustrant, mais la Tribune Nord continue de pousser. Le gardien genevois va se rattraper plus tard, alors que Lausanne bénéficiait d'un regain de forme dans cette première période. En fin de période, on notera le terrible choc frontal entre le solide Rouiller et Oliveira qui laissera ce dernier obligé de sortir sur civière.

4e minute. Servette prend le dessus, c'est 1-0.

La mi-temps survient sur ce score nul, qui pourrait arranger les deux équipes. Mais il était clair que Geiger et son équipe visaient plus haut. De son côté, la masse des inhabitués s'interroge, y a-t-il un risque de perdre ? Ceux qui ont vécu ces dernières semaines aux abords des pelouses où évoluait le Servette FC savent que le destin a souvent tourné en faveur des Grenat sur les fins de match. C'est tout ce qu'on espère dans la Section I où on n'a pas osé aller vers les buvettes probablement saturées par la foule inhabituelle.

Le Salève peut apprécier l'engouement des supporters Grenat des Tribunes Nord et Est.

C'est reparti. Servette et Lausanne vont d'abord s'observer pendant plus d'un quart d'heure. Les Grenat maîtriseront plus ou moins les débats, mais l'imprécision et aussi la solidité défensive lausannoise empêcheront bien des conclusions favorables prématurées. C'est encore une fois le coaching de Geiger qui finira par faire la différence, et de quelle manière ! A la 74e le coup-franc sur la droite de Stevanovic trouve la tête presqu'improbable d'Alexandre Alphonse qui fusille Castella : 2-1. Comme un air de mai 2011, où Baumann expédiait son coup de tête sur un coup-franc de De Azevedo. L'explosion.

La Liberté et le Phare de la Praille.

A peine deux minutes plus tard, c'est carrément le feu dans les tribunes quand Imeri, à peine rentré, et plus rapide que Loosli, se jette et trompe encore une fois le portier vaudois. Le tout grâce à centre de Follonier, habitué des rentrées en cours de deuxième période, selon le schéma classique du druide Geiger. Il ne reste plus beaucoup de temps. Le stade est en ébullition. Lausanne tente de revenir sans grande conviction. Ce sont plutôt les Servettiens qui pourraient enfoncer le clou. Le rythme baisse sur le terrain mais l'intensité dans le stade monte. Les jeunes supporters grimpent sur les barrières et ne peuvent pas s'empêcher d'envahir le terrain à trois minutes de la fin.

Ambiance en 2e mi-temps vue depuis les Loges. 

Frissons. Le speaker implore le retour en tribune pour que l'arbitre n'annule pas le match. Le flottement ne durera que deux ou trois minutes, mais les fidèles supporters motivés d'abord par l'objectif vivent un doute terrible. Les "kékés opportunistes" en profitent pour se montrer, heureusement progressivement les choses vont rentrer dans l'ordre. L'explosion sera contenue suffisamment pour que le jeu reprenne quelques instants... avant l'apothéose. Avec l'envahissement du terrain comme en 2011, puis plus tard la célébration avec les Champions Grenat de Challenge League sur la pelouse du Stade de Genève.

23h04, envahissement de la pelouse du Stade de Genève

Victoire 3-1 comme contre Bellinzone. Avec 70 points, Servette ne peut plus être rattrapé au classement. Servette est en Super League. Enfin ! ENFIN, punaise !

Les Champions Grenat 2018-2019 (Léman Bleu)

Nous dédions ces dernières émotions aux amis des Enfants du Servette, ce groupe incroyable de supporters inconditionnels, grâce à qui le Servette est ce qu'il est : CHAMPION et PROMU !
Merci pour cette saison.

Un incroyable paquets d'autres photos de cette soirée inoubliable :

Les files devant la Tribune Nord, avant 19h !

L'invincible génération 1978-1979 vue depuis la Tribune Nord

L'invincible génération 1978-1979 vue depuis la Tribune Principale

La feuille de match

L'immense blason, tifo incroyable de la SG pour cette ouverture de match

A l'entrée des joueurs

Ambiance en Tribunes Nord et Principale en 1ère mi-temps

Effervescence grenat en Tribune Nord

Les Tribunes Nord et Principale en ce 10 mai 2019


Le grand drapeau de la SG est de sortie

Après le 1-0 de Miroslav Stevanovic (4e)

Après le 2-1 d'Alexandre Alphonse (74e)

Après le 3-1 de Kastriot Imeri (76e)

Feu de bengale en 2e mi-temps

23h04, au début de l'envahissement

23h06, vue du coin Nord-Est

23h07, la pelouse est envahie

Christopher Routis sur Léman Bleu


A bientôt en Super League.

Ciao
M

Aucun commentaire:

Publier un commentaire